Amiens : Parc de la Hotoie

Parc
Requalification
Promenades historiques
Usages

Maître d’ouvrage :
Ville d’Amiens
BASE
+ HAME
+ SAFEGE
+ EODD
+ Phytoconseil
+ BLD waterdesign

Amiens / Picardie
Budget / 9 M€
Surface / 28 ha
Études / En cours

Le parc de la Hotoie est la résultante d’un dessin ayant évolué au fil des siècles et qui s’est adapté à un contexte et des usages différents.

Il apparaît aujourd’hui de façon assez frappante comme un site à l’arrêt, offrant de grandes perspectives sans surprises dans leurs cadrages, avec un grand sentiment d’ampleur et d’ouverture qui amène une perte d’échelle et de repères. Les allées rectilignes très longues confèrent un manque de parcourabilité au site, notamment dans sa transversalité.

Se pose donc la question aujourd’hui et pour les nombreuses années à venir : comment réadapter la structure des grandes promenades historiques avec une portée sociale contemporaine, tout en répondant aux défis de demain ? Comment en faire un parc de destination pour tous les amiénois, un haut lieu de fraîcheur, de biodiversité, d’usages, de culture, de polyvalence et de partage ?

Notre intuition est qu’il s’agit d’engager la transformation du parc de la Hotoie par le biais d’un processus créatif. Dès lors, notre réponse n’est pas un parc « ready‑made » clé-en-main, mais bien l’activation d’une dynamique d’usages pour la mise en vie du parc dont l’aménagement est le socle. Celui d’un nouveau parc qui s’inscrit dans sa trame historique forte mais qui disparaît peu à peu. Celui-ci nous suggère un mouvement, la mise en route pour une reconquête, une appropriation à grande échelle du parc de la Hotoie pour tous les amiénois.

En ce sens, il constitue une structure spatiale qui accompagne plus largement la transformation du quartier, notamment les franges nord et sud. Le parc donnera ainsi aux riverains le sentiment exceptionnel « d’habiter le parc », notamment grâce à ses qualités d’ouverture et de points de vue.

Quatre enjeux se dégagent pour la requalification d’un nouveau parc exemplaire du point de vue écologique, économique, social et culturel :

  • Une programmation active : 28 ha en milieu urbain qui constituent un parc fédérateur en complément d’une trame existante d’espaces de nature et de loisirs ;
  • Une adaptation et une réponse sociétale pour un parc qui se doit d’être résolument contemporain, adapté aux incertitudes climatiques et un lieu de destination pour tous ;
  • Une appropriation par le végétal, le manque de diversité et de strates végétales faisant apparaître la nécessité de donner de l’épaisseur au site par l’accroissement des milieux faunistiques et floristiques ;
  • Une appropriation culturelle : la mémoire du site et son devenir peuvent être moteur à une réinterprétation artistique que nous proposons d’engager. L’art et la culture peuvent dès lors être un support pour les activités et les aménagements du parc.

Parcs – autres projets :