Quimper : gare

Maître d’ouvrage : Ville de Quimper
BASE + l’AUC + Fau architecte

 

Quimper / Finistère
budget / 50 M€
surface / 17 ha
date / 2009

 

1 Boucle Verte
Le quartier de la gare, situé en fond de vallée de l’Odet, est un site inondable qui fait l’objet d’un PPRI limitant fortement toutes constructions. Le développement d’espaces verts publics de qualités en bordure des berges de l’Odet est une alternative qui permet de s’affranchir des contraintes physiques des crues sans dévaloriser ou délaisser ce territoire. La boucle verte investit le secteur gare telle l’armature végétale d’un nouveau quartier qui assure le squelette du territoire (venelles vertes, promenade sur berges, promenade des coteaux...).

 

2 Séquençage / Continuité
La Boucle Verte n’est pas aveugle aux quartiers qu’elle irrigue, mais ses aménagements évoluent en fonction de l’identité des quartiers traversés, par séquences. Ainsi, des séquences d’espaces naturels préservés et sauvages (prairie inondable, coteau boisé) alternent avec des parcs sportifs plus ou moins intensifs, ou encore des espaces plus minéraux liés aux activités culturelles et/ou de déplacements (esplanade de la gare, parvis du parc culturel).
Un travail fin sur la palette végétale dédiée à chaque séquence permettra tantôt de souligner les artères de circulations par des alignements d’arbre, tantôt de dégager un espace naturel de milieu humide ou encore d’étoffer un parc déambulatoire. Les séquences végétales viennent créer des événements en dialogue avec l’identitéfonctionnelle des quartiers.

 

3 Franchissements
L’analyse du secteur gare nous a fait découvrir un territoire hétérogène et compartimenté, fractionné par la topographie, les infrastructures ferroviaires et fl uviales, la répartition public/privée du parcellaire. Ce territoire, dont la vallée de l’Odet est la préfiguration, vient accueillir les corridors biologiques et fonctionnels du site : l’Odet en premier lieu, mais également les coteaux boisés, la voie ferrée, l’avenue de la Libération. Ces éléments ont développés les flux de circulation selon des axes est-ouest forts, négligeant les connections nord-sud.
Le schéma de référence prend le parti de ne pas développer un réseau de multiples petites connections (comme dans le centre-ville le long de l’Odet) mais plutôt de condenser les franchissements sur des éléments linéaires multi-tentaculaires qui permettent de s’affranchir de la topographie escarpée du site, de parer aux coupures physiques des infrastructures ferroviaires et fluviales. Ces passerelles sont au nombre de deux : la passerelle de la gare, qui permet sur un axe nord-sud de relier le coteau de Gourmelen à la rue Le Dean en passant par la presqu’île de l’Odet, la gare et l’avenue de la Libération ; la passerelle tripode centrale qui assure la liaison de la zone de l’hippodrome au nord, du nouveau parc sportif et culturel à l’est, et de l’avenue de la Libération au sud.