La Réunion : Ecocité

Maître d’ouvrage : TCO
BASE + Reichen & Robert urbanistes + BETEREM ingénierie + BRL ingénierie + Franck Boutté Consultants + RR&A ROLAND RIBI & associés + LEU Réunion, TETRA

 

Saint-Paul / La Réunion
budget / 2 000 M€ 
surface / 200 ha (périmètre opérationnel) - 500 ha (périmètre de réflexion)
concours / non retenu
date / 2013

 

La voie verte marchande : l’éventail de la vie créole…

La voie verte marchande développe un paysage linéaire, irriguant, qui se déploie latéralement pour constituer des placettes en lien avec les commerces ou les équipements de proximité du quartier. Plus qu’une promenade et une épaisseur végétale, la voie verte marchande constitue un lieu de vie pour les habitants, intensivement programmée : bars, restaurants, kiosques, marchés, squares et aires de jeux, commerces de proximité. C’est pour nous le lien et le lieu d’échanges entre l’urbanisation de St Paul et la nouvelle ville du cirque de Cambaie.

 

Le parc du littoral : plage verte, squares littoraux de proximité et venelles océanes…

La limite avec la ville est tout à la fois nette dans la protection de la bande côtière de 150m, et en même temps mouvante dans les glissements d’ambiance générées par les propositions d’aménagements. Le parc côtier sera le premier grand espace naturel de Cambaie et matérialisera l’ouverture de la cité sur la mer. Les filaos seront au fur et à mesure remplacés par des espèces plus indigènes, voir endémiques, toujours dans un souci de stabilisation du cordon dunaire.

Le plan d’urbanisation de Cambaie s’inscrit dans le prolongement de la trame urbaine côtière perpendiculaire au littoral que l’on trouve à St Paul. Ce système d’implantation permet à la fois de faire pénétrer les brises marines dans les quartiers et également d’ouvrir des vues sur la mer, par la création de voies vertes et de venelles piétonnes (les chemins de la plage) afin de se rendre avec le plus de fluidité possible au nouveau parc du littoral. A l ‘intérieur des ilots privés seront aussi développés des jardins nourriciers, médicinaux et pépinières auto gérées par les résidents.