Rennes : Prairies Saint-Martin

Maître d'ouvrage : Ville de Rennes


BASE paysagiste mandataire + INGEROP + DVVD + CSD Azur (EODD)

 

Rennes / Ille-et-Vilaine
budget / 9 M€
surface / 30 ha
livraison / en cours

 

Fragment du territoire naturel, les prairies Saint-Martin sont situées en lisière nord du centre-ville rennais. Sous des allures de délaissé, elles offrent un point de vue unique sur la ville, et génèrent une mise à distance par rapport au milieu urbain. L’eau, qui a façonnée le site, a permis de préserver cette zone naturelle en pleine ville, de par son caractère indomptable.
Tout en se basant sur cette identité particulière, le projet tire parti de la culture urbaine spécifique de Rennes : une offre de festivals culturels favorisant une appropriation temporaire ou permanente de l’espace public par ses habitants. Les prairies sont en effet envisagées comme lieu de rassemblement culturel et populaire, s’appuyant sur les initiatives déjà en place sur le site.

La structure spatiale et végétale du projet est largement issue de l’armature actuelle, qualitative. Il s’agit seulement de clarifier les différentes structures de paysage existantes. Le site s’organise selon un gradient ouest-est de naturalité et d’humidité, du plus domestique au plus sauvage, du plus sec au plus humide. Cette gradation se fait aussi bien sur le plan paysager et spatial, qu’écologique.

En bordure ouest, le quai artificialisé du canal Saint-Martin est configuré pour accueillir les activités les plus intensives. L’aménagement du quai répond à la fois à une ouverture sur le canal et à un dégagement de perspectives et d’usages en lien direct avec les prairies. Aujourd’hui linéaire, le quai prendra de l’épaisseur grâce à une aire d’influence élargie, permettant le déploiement du circuit festif et évènementiel. Une succession d’espaces annexes se développent le long du canal et aux abords des prairies, rythmant les parcours, générant des points d’intensité appropriables au gré des évènements spontanés. Dans la continuité des accès les plus fréquentés, des transversales percent les gradients paysagers et offrent des perspectives aux promeneurs : jardin arboretum au sud, et verger au nord.
Sur la frange est, une zone naturelle protégée, accueillant des étendues d’eau libre. Ces réservoirs naturels reconstitués, peu profonds, s’assèchent en partie au cours de l’année. Tout en favorisant le développement de roselières, mégaphorbiaies, et boisements alluviaux, attirant une faune variée (avifaune, amphibiens, odonates…), la zone sert de champ d’expansion des crues de l’Ille. Ainsi, la gestion de l’eau ne représente plus une contrainte, mais des possibilités de création d’un paysage remarquable, à forte valeur pédagogique. Seuls des points d’observation ponctuels et dissimulés sont présents (affûts et cabanons), afin de permettre à la faune d’évoluer en toute tranquillité.

Entre espace naturel et espace culturel, une succession de prairies diversifiées s’étend du nord au sud (prairies pâturées, naturelles, humides, fourragères, steppes...). Ces milieux ouverts accueillent des activités récréatives permanentes ou temporaires (jardin de la longère, festivals, cirques…) tout en favorisant le développement d’espèces végétales et de milieux propices à la biodiversité (boisements refuge). La gestion de ces espaces se fait par pâturage de chevaux, ânes et bovins (vache Pie Noire, une espèce rustique locale, et Highland, pour la partie la plus sauvage). Au nord les prairies inondables permettent de recueillir une partie des eaux de crues en cas de fortes pluies.
Au centre des prairies, le bocage, de part et d’autre du ruisseau, bras naturel de l’Ille, joue des rôles multiples : renforcer les continuités écologiques ou encore filtrer la fréquentation du parc, afin de protéger la zone naturelle humide plus à l’est. Le maillage induit par les haies définit en outre une succession de parcelles de taille plus modeste, à usages variés, tantôt prairies (enclos pour les animaux, « salon pique-nique », parcelles expérimentales), tantôt plus boisés.
Plus à l’est, connectée au bocage, la «forêt galerie» marque la transition entre zone naturelle protégée et micro-bocage réinvesti. S’appuyant sur la végétation existante et s’inspirant des formations paysagères en maillage, elle constitue un couloir végétal permettant de dissimuler les visiteurs vis-à-vis des animaux sauvages vivant sur la zone humide, tout en ménageant des fenêtres visuelles de part et d’autre.

Les seuils du parc restent exceptionnels, mais fluides : pas de barrière, mais un espace d’accueil, des parvis étagés semi-minéraux, semi-naturels. Ce sont des espaces de mise en condition, de prévisualisation de la zone naturelle humide et des roselières cachées. Les 3 entrées majeures du site sont aménagées de manière significative pour jouer un rôle d’attracteur et d’invitation à fréquenter le parc. Elles offrent pour cela des programmes urbains créant des accroches avec les quartiers riverains : butte de jeux et solarium en face du parc des Tanneurs ; Plaine sportive s’ouvrant sur des jardins aquatiques (bassins filtrants) cote Motte Brulon ; placette arborée discrète en contact avec une treille végétale axée sur une allée cavalière cote rue d’Antrain.

Plus qu’un parc, les prairies St Martin interrogent la place de la nature et du sauvage dans la ville. Il ne s’agit pas de sanctuariser le lieu, ni de le mettre en opposition à la ville. Il ne s’agit pas non plus de le banaliser. Son statut ambigu est pour nous un moteur de recherche, d’inventions et de nouvelles pratiques liées à une nature urbaine fertile, vivante.

Images : BASE & ©la graine studio (blocs diagrammes)

Publications :
2012.05 - Ouest France - web
2012.05.31 - Ouest France
2012.05.31 - Grand Rennes