Une grande part de l’histoire de l’urbanisme repose sur la formule «vue sur le parc», qui permet de développer de nouveaux quartiers associés à des parcs urbains ou des jardins publics, espaces de représentation ouverts sur la ville. Aujourd’hui, certains de ces parcs méritent des reprises, d’autres se créent à l’occasion de programmes neufs ou de réhabilitation, et tous s’adaptent progressivement aux usages contemporains, en perpétuelle évolution. L’idée de milieu naturel nous intéresse particulièrement ici, car elle intègre l’ensemble de ce qui constitue le monde vivant (climat, géographie, végétal et humains réunis), et ceci de manière sensible, afin de proposer des espaces riches et évolutifs. La dimension programmatique joue également un rôle important. Ces espaces de nature, qui peuvent rester pour une grande part indéterminés (pelouses, boisements), méritent le plus souvent quelques propositions spécifiques et contemporaines, équipements de rencontres, de jeux ou de sport, qui s’adressent au plus grand nombre. Ils accordent aux parcs urbains leur rôle d’espace public populaire et partagé, en plus de permettre parfois une véritable évasion vers ce qui ressemblerait à un paysage.